Le Président du Mouvement Martin Luther King(MMLK) pasteur Edoh Komi dans un communiqué rendu public ce mercredi 18octobre déplore et condamne les traitements malveillants et dégradants auxquels sont exposés souvent les défenseurs des droits de l'homme par les forces de sécurité et de défense.

Il est sans doute évident, le Togo est depuis ce mercredi dans une violence inédite. Des Miliciens en missions commandos sont presque dans tous les quartiers chauds de Lomé pour faire le sale boulot qui est celui de décourager, frapper voir tuer les manifestants sorti pour la marche de la coalition de l'opposition prévue les 18 et 19 octobre dans la capitale. Une marche interdite par le gouvernement qui les a ramenés en weekend.

Nul n’est dans l’ombre du mariage entre le régime RPT-UNIR et l’armée du peuple.

Depuis plusieurs décennies et plus particulièrement depuis les manifestations visant à endiguer le régime cinquantenaire, débutées le 19 août 2017,le monde entier est témoin de la répression sanglante et barbare desdites manifestations par l’armée de Faure Gnassingbé.

  La nuit de ce lundi 16 octobre a été sombre dans la ville de Sokodé située à quelques 300 km au Nord de Lomé et fief du Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam.

Cette énième violence s'est tenue suite à l'arrestation de l'imam de la ville Alpha Hassan Mollah par des militaires accusé d'être le poumon du Président du PNP.

La situation s'est dégénéré avec des gaz lacrymogène suivit de balle réelle dans cette ville. On note que le siège de Togotelecom aurait été en feu de même que la maison du Ministre Adagazi. Le domicile du Maire de la ville également ainsi que les locaux de la gendarmerie.

Plusieurs témoignages attestent que les populations sont sorties massivement avec des coupe-coupe et des flèches. Il semble que le tam-tam appelant à la guerre ait même résonné. Ce qui a ajouté plus à la tension.

 Au Nord de Lomé, dans la banlieue d'Agoè, les populations ont prit d'assaut les routes avec des barricades un peu partout. Un véhicule officiel RTG serait brûlé. La douane située à cette partie de la ville est inaccessible sur la Nationale N°1.  Plusieurs barricades sont dressées dans cette bourgade habitée à majorité par les militants du PNP.

 La situation semble se compliquer pour le pouvoir RPT/UNIR avec l'arrestation de l'imam de Sokodé. L'on peut s'inquiéter de voir la crise atteindre les autres villes du pays étant donné que l'on note la ville de Bafilo et de Kpalimè manifesté aussi suite à ce évènement. Si l'on sait que depuis deux mois déjà tout le Togo semble instable, il y a de quoi s'inquiéter de voir le pire arrivé.

 Rappelons que la coalition de l'opposition appelle tous ces manifestants aux marches des 18 et 19 octobre à Lomé, une marche interdite par le gouvernement et confirmé par le Ministre Payadoya Boukpessi de l'administration territoriale ce lundi sur une radio de la place. Ceci dit, des affrontements sont à l'horizon dans les heures qui viennent. Une situation qui paralyse tout le pays.

 

More Articles ...