Togo/Politique: Le président de la jeunesse de l'ANC appelle la CEDEAO à ne pas décevoir les Togolais.
Poster 10/07/2018 Heure 12:00 webmaster

Tous les regards des Togolais sont tournés vers le Sommet de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) prévu pour le 31 juillet prochain à Lomé. Ces assises s'annoncent un tournant très important dans la résolution de la crise togolaise qui ne fait que trop durée. Les Chefs d'Etat et de gouvernement auront la lourde responsabilité de proposer une feuille de route de sortie de crise pour le Togo. Quelles seront ces décisions? Se demandent les Togolais.

Reçu sur une radio locale ce lundi 09 juillet, Jean Eklou, président de la jeunesse de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a fait savoir son inquiétude sur la suite des hostilités concernant cette crise.

" La situation fait peur parce que le tissu social ne tient aujourd’hui qu’à un fil. Si la décision des chefs d’Etat ne reflète pas les attentes du peuple togolais, la crise ne sera pas prête de finir" a t-il fait savoir.

Selon le leader de la jeunesse de l'ANC, il y aura un tollé général dans le pays si les décisions prises à ce sommet ne répondent pas aux attentes du peuple.

« Si la feuille de route ne satisfait pas le retour à la constitution de 1992 et le gouvernement de transition qui doit faire des choses avant des élections, l’espoir va se transformer en désespoir. Toutes les populations de Lomé à Cinkassé vont se lever comme un seul homme pour rejeter cette décision », a-t-il mis en garde.

Ceci dit, l'espoir de la jeunesse se cristallise autour de la présidentielle de 2020. "Les réformes constitutionnelles et institutionnelles, le retour a la Constitution de 1992 reste le leitmotiv de la lutte que mène le peuple depuis le début de cette crise. Ce message doit être entendu par Faure Gnassingbe" a fait savoir Jean Eklou.

« Il faudrait que M. Faure Gnassingbé puisse dire qu’il a apporté un plus à ce pays mais qu’à la fin de son 3iem mandat, il ne va plus se représenter », a ajouté le porte parole de la jeunesse de l'opposition.

Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005 et qui est en passe de finir son 3ème mandat à la tête du pays a suffisamment apporté sa contribution pour construire le Togo. Même si la constitution n'empêche pas le champion du pouvoir de se représenter, le bon sens voudrait qu'il ne se représente plus, ce qui n'est pas le cas apparemment. Le parti Union pour la République (UNIR) souhaiterait le voir briguer un 4ème mandat qu'il soit encore candidat en 2020. Cette velléité n'est pas du goût de l'opposition togolaise.

« Leur champion a déjà fait pour ce pays durant les 3 mandats à la tête de ce pays, je ne sais pas ce qu'il veut faire pour vouloir un 4ème mandat. Au sein d’UNIR, n’y a-t-il pas une autre personne ? », s’est demandé Jean Eklou

Pour rappel, la coalition a eu à mettre en garde la CEDEAO sur la date du 28 novembre retenue pour les élections législatives au Togo. Les OSC dans leur dernière sortie, ont simplement invité la CEDEAO à prendre la mesure des choses et sortir une décision susceptible de mettre définitivement fin à la crise. Le Togo a trop souffert de cette crise depuis le 19 aoùt 2017 selon les 07 OSC.

N.Prince-AGBODJAN


Poster 10 juillet 2018


PUBLICITE