Togo/Politique: Le Togo doit-il ou non organiser des élections législatives ?

Poster 19/06/2018 Heure 09:09 webmaster

Les avis divergent sur la question dans la mesure où les députés achèveront leur mandat dans deux mois très précisément. Le parti Union pour la République, majorité présidentielle (UNIR) demande la tenue de ces élections pour que le Togo ne tombe pas dans un vide juridique. Les mouvements proches de la mouvance présidentielle multiplient les actions pour être entendu sur cet avis.

Interrogé lundi par une radio privé, le député Hawédéwou Tchassé de UNIR a confirmé l’impérieuse nécessité de tenir les délais tout en invitant la Cour constitutionnelle, la Commission électorale et le gouvernement à prendre leur responsabilité.

Cette position, l'opposition n'y adhère pas. Pour elle tant qu’une solution n’aura pas été trouvée concernant les réformes politiques, notamment la limitation du mandat présidentiel, l'élection à deux tours et revoir l'état du fichier électoral, on ne devrait en aucun cas demander aux togolais d'aller voter. Même si toute la classe politique de l'opposition ne voit pas les choses de la même façon concernant la crise que traverse le pays, au moins sur ces points ils sont unanimes.

Maitre Dodji Apévon, président des Forces démocratiques de la république (FDR) est revenu sur ces points il y a pas longtemps." Le pouvoir de Faure Gnassingbe doit entendre raison pour que les reformes se fasse enfin dans ce pays avant qu'il y ait des élections" a t-il affirmé.

Le 27ème dialogue politique du mois de février n’ayant rien accouché, la question qui se pose est quand et ou ces inquiétudes seront évoqués. La Cour constitutionnelle vient de donner le ton des hostilités de ces élections législatives par un communiqué et demande aux politiques de prendre leur responsabilité. Cette sortie de la Cour selon l'opposition frise le ridicule et prouve a suffisance que cette institution est à la solde du pouvoir de Faure. Pour UNIR l'opposition togolaise redoute plutôt un scrutin dont elle sortirait minoritaire compliquant un peu plus leur avenir d'où le refus de voir ses élections se dérouler.

La situation reste pour le moment tendue dans le pays même si on annonce une feuille de route de la CEDEAO qui pourrait montrer le chemin a suivre par le pouvoir et l'opposition togolaise pour une sortie de la crise dans les prochains jours, une sortie de crise qui pourrait ramener un moment d'alcamie dans le pays. Wait and see.

N.-Prince AGBODJAN.


Poster 19 Juin 2018

PUBLICITE