Togo/Politique : Le Mouvement du Peuple pour la Liberté demande un geste fort et politique de la part de Faure pour briser le statu quo constaté par le président Français Macron.
Poster 10/07/2018 Heure 13:47 webmaster

Le parti politique de Kossivi Pascal ADJAMAGBO, après sa lettre ouverte adressée aux responsables de la CEDEAO en charge du dossier Togo le 2 juillet dernier, pour relever le caractère ambigu du communiqué issu des dernières consultations tenues à Lomé par la facilitation avec les protagonistes de la crise togolaise, monte encore au créneau pour situer l'opinion sur la déclaration du Président Français Macron lors de sa visite au Nigéria la semaine écoulée, quand le patron de l'Elysée parle de statu quo au Togo. C'est à la faveur d'un communiqué parvenu à la rédaction du groupe de presse radio Denyigban ce mardi 10 juillet que le MPL-ABLODEVIWO estime que la fin du statu quo au Togo souligné par Emmanuel Macaron serait le début de la mise en œuvre formelle des reformes constitutionnelles et institutionnelles mais aussi le courage politique du Président Faure qui doit renoncer à un 4ième mandat

Faisant un feedback du contenu de la correspondance ouverte adressée à la CEDEAO selon le communiqué du Mouvement du Peuple pour la Liberté (MPL-ABLODEVIWO) Cette « lettre ouverte » a justifié pourquoi la crise politique actuelle est plus politique, économique et morale que juridique et constitutionnelle, et c'est pourquoi sa résolution pacifique et durable a besoin de gestes politiques et moraux forts posés par les responsables du régime héréditaire qui dirigent le Togo depuis plus de 51 ans, depuis donc plus longtemps que la « tutelle coloniale » de 40 ans sur le Togo « français », avec un bilan économique et social alarmant.

Toujours selon ce communiqué du parti au couleur cendre-La « lettre ouverte » rappelle ensuite l’ardente aspiration du peuple souverain Togolais, « seul détenteur de la souveraineté populaire », conformément à l’article 64 de la Constitution togolaise, à « l’alternance politique pacifique en 2020 »

Conformément au vibrant plaidoyer cité de la CVJR en faveur d’un consensus national sur l’alternance politique pacifique. Après avoir démontré et déploré l’ambigüité, la partialité et la contradiction du communiqué du 27 juin 2018 de la CEDEAO sur la crise togolaise, les ABLODEVIWO invitent dans cette lettre les dirigeants de la CEDEAO à « rectifier le tir » à l’occasion de l’annonce de leurs décisions sur la sortie de la crise togolaise au prochain sommet de la CEDEAO à Lomé fin juillet, en tenant compte des propositions de sortie de crise du MPL-ABLODEVIWO, résumées en trois points à savoir un geste politique fort de la part du Chef de l’Etat togolais annonçant son renoncement libre à briguer un quatrième mandat, conformément à sa propre déclaration sur la radio nationale allemande en juin 2016 : « pour que la démocratie progresse en Afrique, il faut nécessairement limiter les mandats à deux ou à trois » ; -L'engagement de la coalition de l’opposition Togolaise à laisser le Chef de l’Etat terminer son troisième mandat, à faire voter un loi sur le statut des anciens chefs de l’Etat togolais leur garantissant l’immunité judiciaire et un niveau de vie conforme à leurs fonctions présidentielles passées comme en Namibie

Et pour terminer La mise en place immédiate d’un gouvernement de transition dirigé par un premier ministre issu de cette coalition, et chargé d’organiser les prochaines élections locales, législatives et présidentielles d’une manière transparente et fiable.

A la lumière de sa « lettre ouverte » que souligne le communique le MPL-ABLODEVIWO interprète donc la déclaration du Président français Emmanuel Macron dans son interview avec le journaliste français Christophe Bois bouvier au Nigéria le 4 juillet 2018, diffusée sur RFI le lendemain, affirmant que « le statu quo n’est pas possible pour le Togo », non seulement comme la nécessité d’opérer enfin les réformes constitutionnelles et institutionnelles ayant fait le consensus national de l’APG et de la CVJR depuis bientôt 12 ans, dit ce communiqué du MPL qui aussi sur ces propos du président Français trouve que cela dénote de la nécessité de mettre enfin une fin au « statu quo » du régime héréditaire cinquantenaire togolais qui règne sur le Togo depuis plus longtemps que la « tutelle coloniale » quarantenaire française, avec un bilan économique et social de plus en plus insupportable pour le « peuple souverain et martyr togolais »

A noter que le Mouvement du Peuple pour la Liberté dit être attaché à une alternance pacifique et conviviale pour que le peuple togolais forme un seul peuple, une seule famille et ensemble porter haut le flambeau de la Liberté.

René A


Poster 10 juillet 2018


PUBLICITE