Togo/Politique: La Société Civile suggère une rallonge de la date des élections législatives au Togo.

Poster 20/06/2018 Heure 16:37 webmaster


Depuis la sortie de la Cour Constitutionnelle le 12 juin dernier sur la date des élections législatives au Togo, les réactions fusent de partout. C'est le tour de la Société civile qui est pour la tenue des élections législatives mais pas avant fin 2018.

Elles sont Sept (7) OSC à suggérer une rallonge raisonnable du délai constitutionnel, tout en le liant à l’avancement du 27ème dialogue politique bloqué par les deux protagonistes de la crise que connaît le Togo depuis août 2017.

Ces organisations de la société civile dont WANEP-Togo, CNSC-Togo, ACAT-Togo, CACIT, REPSFECO-Togo, CEJP, et SADD ne sont pas à leur première sortie depuis le début de la crise sociopolitique togolaise. Le délai constitutionnel qui est au centre de toutes les polémiques ces derniers jours ne les ont pas laissé indiffèrent.

Le collectif des OSC du Togo dans sa déclaration indique que pour une bonne préparation des prochaines élections et surtout pour un processus apaisé, il serait plus sage d'opter pour une rallonge raisonnable du délai constitutionnel malgré le retard accusé et d'y associé l’avancement du 27ème dialogue politique.

Elle dit également avoir pleine conscience des enjeux liés à cet appel lancé aux acteurs politiques pour la tenue des élections avant la fin de l’année 2018, en l’absence d’un consensus sur les points de discussions prévues au dialogue. Ceci lui impose cette sortie sur la question.

Il n'est sans doute un secret pour personne que les élections au Togo sont souvent source de conflit dû au désaccord autour des préparatifs et de la conduite du processus électorale. Il urge donc que tous les paramètres soient bien défini avant de demander aux togolais d'aller aux urnes.

Le Collectif des sept OSC rappelle aux différents acteurs que le règlement intérieur du dialogue prend en compte dans son ordre du jour la question des réformes constitutionnelles et électorales en vue d’en sortir des résolutions pouvant réduire les désaccords autour de ces réformes.

Le Togo étant dans un contexte exceptionnel, la Constitution prévoit une disposition permettant aux députés de rester en fonction jusqu’à la nouvelle législature. L’article 52 alinéa 10 stipule que les membres de l’Assemblée nationale et du Sénat sortants, par fin de mandat ou dissolution, restent en fonction jusqu’à la prise de fonction effective de leurs successeurs. Pour les OSC, le Togo se retrouvant dans ce cas exceptionnel ne peut que respecter ces dispositions.

Pour finir les OSC invitent les partis politiques à regagner la table du dialogue afin de trouver une solution adéquate à la crise.il les invite également à opérer les réformes constitutionnelles et institutionnelles avant d'envisager aller aux élections.

Pour rappel les sept OSC sont composé de WANEP-Togo, CNSC-Togo, ACAT-Togo, CACIT, REPSFECO-Togo, CEJP et SAAD.

Rédacteur : AMEOTO Rene..


Poster 20 Juin 2018


Vue :

PUBLICITE